[Wiki]Sudo, première approche du super utilisateur

Sous linux, par défaut seul l’administrateur (root) a le droit d’effectuer les taches courantes de gestion comme installer des programmes/mises à jour, lancer/arrêter des services, modifier des paramètres noyau en temps réel… Sous Windows, depuis Vista, l’utilisateur n’est plus administrateur par défaut et doit accepter une élévation de privilèges quand il installe un programme (ou d’autres taches « administratives »). Hors, sous « Unix », depuis 1980 existe un programme permettant lui aussi de donner temporairement des droits administrateur à un utilisateur standard. Il aura fallu l’arrivée d’Ubuntu pour voir son utilisation décuplée.

Les avantages sont évidents : il est possible de déléguer le pouvoir quelques minutes, pratique si par exemple un correctif critique doit être déployé, ou relancer un service planté. Ça ne sera pas abordé, mais il est possible aussi de garder une trace des utilisations de sudo. Bref, les cas d’usages sont multiples, et l’on ne va voir que deux cas dans cette introduction : l’élévation complète, qui est celle retenue par Ubuntu, et l’élévation sélective (c’est-à-dire donner uniquement les droits sur certaines commande.

 

Pour la suite de l’article, c’est par là : Sudo, première approche du super utilisateur.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply